Frigyes Karinthy :  "Christ et Barabbas"

 

 

voir la vidéo en hongrois

Barabbas[1]

Janvier 1917.

Description : Description : Barrabas lu crépuscule du troisième jour, il advint qu’Il sortit par la porte étroite du sépulcre et Il prit la route en silence. De chaque côté, des ruines noirâtres et fumantes. C’est en contrebas, au fond du fossé desséché qu’Il rencontra le premier de ceux qui devant la maison de Pilate avaient crié le nom de Barabbas. Celui-ci hurlait de sa langue noircie vers les nuages rougeoyants.

Il fit halte devant l’homme et dit doucement :

- Me voici.

L’autre leva le regard sur Lui et se mit à sangloter.

- Oh, Rabbin ! Oh, Rabbin ! - sanglota-t-il.

Et le Maître poursuivit doucement :

- Ne pleure pas. Lève-toi et suis-moi. Car je retourne à Jérusalem, devant la maison de Pilate et je demande une nouvelle loi pour moi et pour vous qui avez choisi Barabbas et qui avez souffert par Barabbas.

Alors il advint que le misérable se redressa péniblement et saisit Ses vêtements à Lui.

- Maître ! – cria-t-il s’étouffant dans ses larmes – oh, Maître, me voici ! Dis-moi, comment faire pour me sauver ! Dis-moi ce que je dois faire ! Dis-moi ce que je dois dire !

- Rien – dit-Il doucement – simplement ce que tu aurais dû dire il y a trois jours, lorsque Pilate s’arrêta sur le péristyle et vous demanda : “ Lequel des deux dois-je libérer, Barabbas, l’assassin, ou bien le Nazaréen ? ”

- Oh, fou que je suis ! – cria le misérable en se frappant la tête de des poings – oh, fou que je suis, moi qui ai crié Barabbas ! Barabbas qui m’a réduit à mon état présent !

- C’est bien – poursuivit doucement le Maître – viens maintenant avec moi devant la maison de Pilate, ne t’occupe de rien, n’écoute rien que moi et quand je te ferai signe, crie de tout ton cœur et de tous tes poumons : « le Nazaréen ! » comme si tu criais : « ma vie ! »

Et l’autre le suivit.

Et chemin faisant ils rencontrèrent un autre malheureux, à qui Barabbas avait pris sa maison, et sa femme, et son enfant, et à qui il avait fait crever les yeux. Et Il lui toucha doucement le front de sa main et dit :

- C’est moi. Suis-moi à Jérusalem et lorsque je te toucherai de ma main, crie : « le Nazaréen ! » comme si tu criais : « ma maison ! Mon enfant ! La lumière de mes yeux ! »

Et l’autre éclata en sanglots et le suivit.

Et ils rencontrèrent encore un autre dont les mains et les pieds étaient liés avec une corde et noués à son cou, et lui-même avait été enfoncé par Barabbas le visage vers le bas dans une fange abjecte parmi des poux et des reptiles. Et Il alla à lui et lui détacha ses liens et dit :

- Je te connais. Tu étais le poète qui clamait l’envolée enthousiaste de l’âme. Suis-moi et quand je te ferai signe, crie : « le Nazaréen ! » comme si tu criais : « la liberté ! La liberté de l’âme et de la pensée ! »

Et l’autre lui baisa les sandales et Le supplia de ses yeux seuls car sa bouche était encore emplie de boue.

Et ainsi ils poursuivirent leur route et ils furent rejoints par de plus en plus de paralysés, de boiteux, de misérables lépreux que Barabbas avait ruinés. Et chacun d’eux, individuellement, battait sa poitrine en sanglotant et Le suppliait de lui faire signe quand il faudrait crier : « le Nazaréen ! » comme s’ils criaient : « Paix ! Paix ! Paix sur la terre ! »

Le soir ils parvinrent à Jérusalem, devant la maison de Pilate. Pilate était assis sous le péristyle consommant son dîner avec Barabbas, l’assassin. Ils étaient assis là, gras et le visage luisant, buvant des vins capiteux et mangeant des plats raffinés dans de la vaisselle dorée : leur toge écarlate brillait au loin.

Or le Nazaréen à la tête de la multitude qui le suivait se présenta devant le péristyle et levant Ses mains marquées des stigmates, parla doucement :

- La Pâque n’est pas encore passée, Pilate. La loi et la coutume veulent qu’à Pâque tu libères un des condamnés, selon la volonté du peuple. Le peuple souhaita Barabbas et moi je fus crucifié ; mais je dus ressusciter des morts car je vis que le peuple ne sait pas ce qu’il fait. Cette multitude derrière moi a connu Barabbas et veut maintenant changer le décret ; repose leur la question, comme il est inscrit dans le livre de nos lois.

Alors Pilate réfléchit, puis haussa les épaules et se présentant sur le bord du péristyle, parcourut la multitude de ses yeux étonnés et dit :

- Qui voulez-vous donc que je libère, Barabbas ou le Nazaréen ?

Et alors Lui, Il leur fit signe.

Et alors un tumulte s’éleva et la multitude se mit à gronder comme le tonnerre. Et la multitude cria : « Barabbas ! »

Et ils se regardèrent les uns les autres avec terreur, parce que chacun séparément avait crié : « le Nazaréen ! »

Et il advint que le Maître blêmit et en se retournant Il parcourut la foule des yeux. Et séparément Il reconnut le visage de chacun, mais dans la pénombre du soir, ces nombreux visages se fondirent en un visage unique, une tête immense qui ricanait bêtement et méchamment et insolemment à Sa face, ses yeux sanglants clignèrent et de sa bouche suinta un jus nauséabond et de sa gorge un hurlement rauque jaillit : « Barabbas ! » comme si elle râlait : « Mort ! Mort ! Mort ! »

Alors Pilate baissa les yeux , gêné, et Lui dit : « Tu vois… ! »

Alors Lui hocha la tête et grimpa doucement les marches, tendit ses mains vers le bourreau afin qu’il les attachât.        

 

Suite du recueil

Thème "religion"

 



[1] Cette nouvelle a été publiée aux Éditions Viviane Hamy dans le recueil "Je dénonce l'humanité"