Allô, ici Az Est

 

 

Chroniques parues sous ce titre entre le 11 octobre 1931 et le 8 juillet 1933

dans le journal "Az Est"  (Le Soir)

 

        Frigyes Karinthy

 

1931         1932          1933

 

 

-------

 

Je deviens femme

Arc-en-ciel 

Un peu de courage 

La jambe artificielle

Anecdote Résurrection 

Petite portion

Grenouille     

Nouvelle industrie

Paix décennale 

L’aveugle mal mène le mal voyant 

 

-----------------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

je deviens femme 

7-je deviens femme lest comme ça que ça se terminera.

Pendant un bon moment on résiste à la mode, pourtant on finit par céder. J’étais aussi comme ça avec les mots croisés puis avec le yo-yo. C’est idiot, répétais-je, il n’empêche que dernièrement j’ai décommandé un voyage important à l’étranger car je devais faire mes mots croisés – et le yo-yo, je le fais tourner en secret sous la table car plus personne ne le fait, je suis le dernier des Yohicans.

De nos jours c’est devenir femme qui est à la mode. Les savants ont commencé au début du siècle avec ces glandes endocrines. Il s’est avéré que (comme le dit la chanson populaire) mes glandes sont légion, elles aboient comme les chiens, pour réussir leur mission. Au début Steinach et Voronoff[1] voulaient conserver la jeunesse par une intervention glandulaire, ce qui finalement n’est pas une mauvaise chose si on est amateur de dames et si on n’a pas trop envie d’abandonner cette bonne habitude. Mais dernièrement les nouveaux savants ont jalousé leur gloire et commencent à lancer de nouveaux slogans : écoute, si tu aimes tant la gent féminine, est-il pour autant nécessaire de payer cher et de rester jeune, ou pour encore plus cher se marier ? – Nous te transformons toi-même simplement en femme avec un peu de sécrétions endocrines, puis heu… tu peux t’épouser toi-même, la dot restera dans la famille, tu la prends dans une poche pour la mettre dans l’autre.

Le simple soldat de jadis, comment disait-il déjà ? « Eh ben Marie, tu as bien de la chance, tu as toujours sous la main tes hanches à faire craquer et pas moi ! »

Eh bien.

Tout simplement, les savants transforment l’homme en femme. Ainsi pour pas cher il peut tomber amoureux de lui-même.

Cela a aussi d’autres avantages pratiques.

Tout est plus facile pour les femmes.

Par exemple il n’y a plus de places assises dans le train. J’avale simplement une de ces pilules glandulaires et je m’installe dans le compartiment pour dames.

Ou dans le tramway. S’il y a des places, je reste homme. S’il n’y en a pas, je me transforme en femme. On peut toujours compter sur un homme galant qui me passera sa place.

N’est-ce pas égal ?

Nous subissons tant de surprises chaque jour qu’à la fin nous ne savons plus si nous sommes fille ou garçon.

Désormais nous ne saurons plus cela de notre prochain non plus.

Il faut s’y habituer. On a toujours besoin d’une jupe.

 

Thème "humour"

26 janvier 1933

 

-------

 

afficher le texte en hongrois

arc-en-ciel  

11-arc-en-ciel lundi à midi pâle un arc-en-ciel double est apparu à Budapest ; il a dû arriver par la Gare de l’Ouest, apparaître au-dessus de Lipótváros, dans sa pleine magnificence. Moi, journaliste diligent, j’ai immédiatement pris mon carnet et je l’ai  interviewé.

- Mes respects, Votre Excellence, vous avez une mine superbe – me permettez-vous de vous poser quelques questions à l’occasion de votre venue dans notre capitale ?

- Je vous en prie, faites, mais vite – je ne peux rester que quelques minutes, je suis pressé, comme vous pouvez le constater, j’ai un pied à Óbuda, l’autre à Vác, je pars directement à…

- Je vois, vous retournez à la conférence sur le désarmement, à Genève.

- Comment le savez-vous ?

- Mais, Excellence,  vous pouvez tout de même nous accorder un peu de culture, nous n’ignorons pas que l’Arc-en-ciel est le symbole de la paix et de la réconciliation, le gage d’un plus bel avenir. À propos de gage, pourrions-nous savoir ce qu’il adviendra du prêt sur gage germano-français, obstacle principal à la paix dans le monde ?

L’Arc-en-ciel toussota, il tira un mouchoir à bords dentelés d’entre deux couleurs.

- Excusez-moi… cette grippe… bref, que demandiez-vous ?... Le prêt ?... Eh bien, il serait trop tôt pour en parler… Naturellement nous ferons tout notre possible pour amortir les conflits d’intérêts entre les nations, mais cela ne signifie nullement que la France que je représenterai durant la prochaine séance renoncera à son exigence légitime face à la politique suivie par l’Allemagne, et que, en opposition avec notre position droite et sans ambiguïté, je considère comme perfide, à deux couleurs… Pourtant je ne déteste rien autant que les positions à deux couleurs…

- Je comprends. Me permettez-vous également une question de politique intérieure ?

- Seulement à propos de problèmes pratiques. Ma conviction solide comme le roc est que ce pays, ce n’est pas d’illusions et de rêves qu’il a besoin, pas de belles phrases, de "ciels peints" comme le disait le poète Vörösmarty, mais de travail, de création, d’action…

- En effet. Justement, que pense Votre Excellence en tant que vieil expert en ponts, qu’adviendra-t-il du projet de pont Place Boráros ?

- À ce propos adressez-vous à mon excellent beau-frère et ami ministre, son excellence Mirage. Maintenant pardonnez-moi, je suis pressé, mon secrétaire, son excellence Soleil s’impatiente.

Il revêtit aussitôt son pardessus gris brouillard et disparut.

 

Thème "Hongrie"

Thème "politique"

10 février 1933

 

 

-------

 

afficher le texte en hongrois

un peu de courage 

14-un peu de courage l’est bien vrai. Le travail n’est pas une honte. Et les temps ont bien changé. On doit apprendre un peu de sens pratique. Il me plaît bien ce jeune homme qui vient d’arriver d’Amérique, fils de parents riches et bien nés qui n’est pas rentré à la maison faire le fils à papa, mais qui s’est tout de suite mis à travailler, il a ramené une espèce de recette de gaufrettes farcies d’une mousse, avec ça il s’est niché sous un porche du Grand Boulevard, pour badigeonner les gaufrettes de crème avec ses propres mains, en y ajoutant des commentaires à la cantonade, en quatre semaines il a empoché ainsi deux mille pengoes .

C’est une habitude à prendre. Se débarrasser des délicatesses bourgeoises. Puisque le consommateur-montagne ne va pas au producteur-Mahomet, c’est Mahomet qui doit aller à la montagne : le maître est maître même en enfer, on doit apprendre à lutter pour la vie, l’objectif sanctuarise les moyens. Je suis convaincu que le marché n’est pas encore saturé, seuls quelques préjugés empêchent les classes laborieuses et productrices de prendre part à la libre concurrence for life, à grand renfort de publicités efficaces.

Comment j’imagine cela ?

Très simplement.

Prenons le cas par exemple d’un médecin. Ça va plutôt mal pour les médecins, le malade aime mieux guérir que dépenser de l’argent. Bien entendu, les médecins sont toujours imbus de la vanité de leur diplôme, de leur complexe d’autorité. Ils se plantent dans leur cabinet et attendent les patients. Ça ne peut plus marcher. Un ami médecin plein d’amertume m’a dit l’autre jour qu’il aurait mieux fait de devenir fripier ambulant. Lui au moins a des avantages, il fait le porte-à-porte mais il finit par faire des affaires. Mais faut-il pour autant aller faire le fripier ? Ne pourrait-il pas plutôt appliquer la méthode à son propre métier ?

Le personnage aimable du vitrier slovaque a déjà disparu hélas de la cour de nos immeubles. Pourquoi ne serait-il pas possible de le remplacer par une nouvelle industrie ?

Un gentleman à monocle pénétrerait au milieu de la cour avec sa mallette d’appareils, il lèverait un visage enthousiaste et serviable vers les "accourses" et crierait sur une intonation convenablement modulée :

- Rhumes… quintes de toux… rhume des foins… je guéris tout !...

Parions que d’un logement sur quatre on lui répondrait : « Eh bien montez puisque vous êtes là ! » C’est la bonne qui se penchera à la grille pour l’appeler.

- Hé… Monsieur le Docteur… Montez s’il vous plaît !

Ou encore :

- Aaa… vocat, achetez-vous les services d’un avocat, aaa… vocat !

Je me vois déjà frapper chez des familles cultivées, instruites, à la porte de service.

- Est-ce que Madame se trouve à la maison ? Allez, mon petit, dites à Madame qu’un écrivain hongrois de renom attend à la porte ; je vends autographes pour un pengoe, et pour deux une dédicace spirituelle ! À moins que vous n’ayez de vieilles blagues usagées, ressassées, je les ressemelle, repeins pour pas cher – elles seront comme neuves !

 

Thème "satire"

19 février 1933

 

-------

 

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

la jambe artificielle

15-la jambe artificielle la vraie est restée sous Bavaruska.

Il avait tout juste vingt-quatre ans.

C’est un de ses camarades qui m’a rapporté comment ça s’est passé ; il était avec lui quand le shrapnell a fait boum, il a emporté son bras à lui.

Kasszián n’a même pas perdu connaissance. On les a emmenés ensemble. Eh bien, que t’est-il arrivé, a demandé gaiement Kasszián quand il est revenu à lui. Parce que moi, c’est fini ma jambe, elle est nase.

Aucune oreille humaine ne l’a entendu se plaindre, à l’hôpital non plus. Il ne s’est pas laissé endormir, on lui a scié la jambe déchiquetée sous anesthésie locale. Il fumait des cigarettes et plaisantait avec le chirurgien à l’ouvrage : appliquez-vous, Docteur, si vous vous débrouillez bien, c’est encore vous que je reviendrai voir pour faire couper l’autre.

Après son rétablissement il est revenu crânement, enjoué, sur deux béquilles, parmi ses anciens amis. Il raillait les bijambistes en badinant. Ôte de là tes deux jambes gauches, maigrichon, que je puisse m’asseoir aussi avec ma seule jambe droite. Ne me plains pas, frère, plains plutôt toi-même, moi je n’ai qu’une demi-paire de jambes, tu en as deux, toi.

Ensuite, pendant des années je n’ai eu aucune nouvelle de Kasszián. Ces derniers temps ont dû être difficiles pour lui, il n’a pas été épargné par la crise, l’affaire qu’il avait héritée de son père a fait faillite.

Récemment, en traversant la rue d’une ville de province, mon attention fut attirée par un attroupement.

Quelqu’un s’était fait écraser par le tram.

Je ne l’ai pas tout de suite reconnu quand, le visage blême, il fut retiré de dessous les roues.

- Kasszián! – m’écriai-je avec horreur. – C’est toi ? Par le ciel… ce n’est tout de même pas ta jambe…

- Si, chuchota-t-il, et une lourde sueur perla sur son front. - Ma jambe artificielle… Apparemment elle est complètement fichue… C’est terrible… Je l’ai fait faire en Allemagne… Impossible de la remplacer… à cause de l’embargo… et même si j’obtenais une dispense… je n’aurai plus jamais assez d’argent… comme je suis malheureux…

Et Kasszián éclata en sanglots pour la première fois de sa vie.

J’apprends que le gouvernement s’apprête à réviser la loi sur les mutilés de guerre.

 

Thème "fantastique"

Thème "guerre"

26 février 1933

-------

 

afficher le texte en hongrois

anecdote

21-anecdote lvarc, ayant quelque chose à faire à Máramarossziget, eut besoin d’une charrette. Il alla demander à Weisz, le charretier, pour combien il l’emmènerait, parce que le train ne s’arrêtait pas à leur village.

Ils se mirent d’accord pour cinq pengoes et la charrette prit la route à l’aube.

Il convient de savoir que la route qui mène à Máramaros est sinueuse. À la première montée Weisz se tourna vers l’arrière :

- Regardez, Monsieur Svarc, comme il peine, ce pauvre cheval. Moi, j’aime marcher, une petite promenade ne vous ferait pas de mal non plus, ne devrions-nous pas descendre jusqu’à ce qu’il arrive en haut ?

Monsieur Svarc a bon cœur et il aime particulièrement les animaux. Il ne plaint pas ses jambes, il descend gentiment, ils cheminent paisiblement jusqu’au sommet de la montée, ils attendent une minute que le cheval ait le temps de souffler un peu, ils remontent. La charrette prend la descente.

Un instant plus tard Weisz se retourne vers l’arrière :

- Regardez, Monsieur Svarc, comme elle peine, cette pauvre rosse pour retenir la voiture, pourvu que ce gros poids ne lui écrase pas le dos. De toute façon la marche en descendant est plus aisée, autant ne pas nous faire secouer – ne devrions-nous pas descendre jusqu’à ce qu’il arrive en bas ?

Monsieur Svarc ne se fait pas prier, il se redresse, il descend.

C’est ainsi que ça se passe jusqu’à Máramaros, étant donné que la route est comme ça par-là : ça monte, puis ça descend. Pas de quoi se disputer, ils sont tous les deux des hommes de cœur compréhensifs.

Lorsqu’ils arrivent devant l’auberge de Máramaros, Monsieur Svarc paye comme il se doit les cinq pengoes convenus. Mais avant de se séparer il marmonne :

- Vous savez, Monsieur Weisz, je me suis dit que nous sommes tous les deux bien bêtes. Moi, n’est-ce pas, j’avais à faire à Máramarossziget. Vous, vous aviez besoin de cinq pengoes. Tout va bien, vous avez eu vos cinq pengoes. Mais pourquoi diable fallait-il amener avec nous ce pauvre vieux cheval malade, qui n’a rien gagné dans l’aventure ?

*

Cette anecdote m’a été rapportée par l’avocat de celui qui m’a intenté un procès à l’issue de l’audience où nous nous sommes réconciliés.

Je remarque que cette anecdote n’est pas mauvaise en traduction allemande non plus. Cette moralité est à retenir. On raconte que derrière tout ce phénomène Hitler se cache la vieille idée de Hindenburg de réconcilier la nation allemande avec l’empereur d’Allemagne.

Le chemin de la réconciliation est semé d’embûches, il faudra en payer le prix. N’est-il pas dommage de s’y lancer avec une si grosse charrette ?

 

Thème "nazisme"

18 mars 1933

 

-------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

RÉSURRECTION 

22-résurrection loilà, c’est une pensée pour Pâque. Une idée modeste, une proposition sans prétention, et le fait qu’elle me soit venue à l’esprit au moment de Pâque ne signifie pas qu’elle ne s’applique pas les autres jours : j’aurais pu y penser n’importe quand, par exemple le premier de ce mois.

D’autre part je souhaiterais qu’elle soit prise un peu au sérieux, parce qu’il ne s’agit pas là de la pure imagination d’un poète, mais il s’agit d’un honnête projet de développement, d’une solution économique, telle qu’un plan quinquennal, ou la technocratie, ou encore le national-socialisme. À l’instar de toute proposition comme on en voit de nos jours ou de toute planification, son objectif est d’adoucir, voire supprimer définitivement le chômage de même que la crise de surproduction.

Beaucoup de nos parents, les végétaux et les animaux (par exemple la quasi-totalité des insectes) suspendent en hiver leur lutte pour la survie, ils réduisent au minimum leurs fonctions vitales, ils ne mangent pas, ils ne travaillent pas, ils ne se battent pas entre eux.

Ils hibernent.

Cela signifie qu’ils traversent un bon tiers de la saison sans aucun effort ni aucune consommation, il va sans dire que c’est une organisation économique excellente : presque pas de frais généraux, aucune dépense, les recettes sont superflues.

Ne serait-il pas possible d’appliquer ce procédé au genre humain ?

Vu nos acquisitions scientifiques, trouver une solution technique à la chose serait un jeu d’enfant. Vers la fin novembre, des médecins commis à cette fin injecteraient une dose adéquate de narcotique aux individus bien engraissés, on les installerait côte à côte et superposés dans des entrepôts construits à cette fin, et on les laisserait dormir jusqu’à Pâque.

Le monde dormirait pendant les mois d’hiver, l’Europe se transformerait en en un heureux château de la Belle au bois dormant dans lequel il n’y aurait ni lutte, ni bousculade, ni souci pour le pain, ni protection d’intérêts, et le principal : personne n’aurait aucune dépense. Les salaires, traitements et émoluments seraient bien sûr versés automatiquement – quelle joie ce serait alors en cette période de l’année, le jour de Pâque, dans le cadre d’une grande célébration nationale, de se réveiller et d’entrer en possession de ce que nous avons économisé simplement en ne faisant rien !

Ce serait la véritable Résurrection !

Mais je peux toujours causer…

On m’accusera d’être tout simplement un dormeur compulsif et d’avoir inventé tout cela pour cette raison. Et si, en me sacrifiant, je donnais l’exemple, je pourrais toujours crever, personne ne viendrait me réveiller.

Un ours ne fait pas l’hiver.

 

Thème "nazisme"

14 avril 1933

 

-------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

petite portion

23-Petite portion llle a répondu aux attentes. Comment n’aurait-elle pas répondu aux attentes alors qu’elle représente tellement l’esprit du temps : économies, conditionnement moins onéreux, parcellisation des biens et des valeurs compte tenu de la pauvreté.

Car c’est ça notre temps, regardez-le bien.

Pendant que nous, idéalistes niais, nous rêvons d’une grande synthèse : de forces puissamment concentrées, d’État mondial, d’États-Unis, de moyens de troc universel, de technocratie, de plein d’institutions monumentales, globales, dans la pratique c’est exactement le contraire qui se passe, les choses se morcellent, s’égalisent, en se poussant dans la direction de la petite manufacture, la cuisine familiale, l’artisanat, et vice-versa.

Plutôt que d’Etats-Unis d’Europe, on est en présence de pays cloisonnés de murs économiques jamais vus, d’industries nationales florissantes dans chaque pays séparément, plutôt que d’entreprises mondiales.

Au lieu d’exploitations géantes, on se trouve face à une multitude de lopins nains comme vendus dans la rue à la pièce.

On n’a plus guère de quoi s’offrir une maison entière, pas même les mieux nantis : tant pis, on divise l’immeuble en appartements loués à vie, comme l’attestent les vers du poète[2] :

           

            « J’aurais beau m’éreinter et me ronger d’envie,

            Je n’aurai pas un nid où me loger à vie »

 

Si ça continue comme ça dans cette vallée des ombres, on finira par posséder un salon à vie, une chambre à vie, une salle à manger à vie, une…

C’est le monde du petit alambic.

Petite portion au restaurant, petit verre de bière, petit noir, petit petit-déjeuner… On se fait de plus en plus petit, on se vend en détail, à défaut de pouvoir s’offrir en entier.

Petite trésorerie à deux sous – d’une manière ou d’une autre on survivra. Les petits ruisseaux font les grandes rivières, small is beautiful.

Jadis il y avait la question redoutable de la Misère, que l’Homme Ruiné se posait, le visage blême et le regard vitreux (cela me revient de romans d’autrefois) : "Que deviendrons-nous demain ?"

Comme cela paraît loin !

Que deviendrons-nous aujourd’hui ? Que deviendrons-nous cet après-midi ? Que deviendrons-nous dans une heure ? – nous demandons-nous, sans frayeur, s’accompagnant d’un geste allègre de la main – à quoi sert de regarder si loin dans l’avenir ? Commençons par acheter une petite portion, on verra la suite après.

Dosons-nous l’espoir investi dans l’avenir par petites portions.

Il ne faut pas avoir peur. Pour midi, nous achetons une petite portion de déjeuner consistant en une soupe et une tranche de pain – il se passera bien quelque chose avant la viande – pour le soir un coin d’oreiller sur lequel nous poserons une portion de notre tête à tempérament – de toute façon notre tête éclatera d’ici-là.

Au cimetière nous sommes attendus par une épitaphe : "Qu’il repose en paix pendant trois mois, tant que sa portion de concession est prépayée."

 

Thème "satire"

Thème "société"

16 avril 1933

-------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

grenouille   

31-grenouille llors là, ça suffit.

Mois de mai ou pas, il fait froid. Ma peau n’est pas un calendrier, elle ne connaît pas les dates, ce n’est qu’une peau, quand la température baisse, elle a froid, que ce soit en décembre ou en août, ça lui est égal.

Et le comble c’est que l’institut météorologique a aussi déposé les armes, il garde les mains dans les poches depuis des jours, ses rapports et prévisions, traduits en langage vulgaire, donnent à peu près ça : « Écoutez, moi je ne m’y retrouve décidément plus, j’ai essayé ceci, j’ai essayé cela, il fait toujours froid, comment voulez-vous que je sache le temps qu’il fera demain ? Je ne suis pas une grenouille, fichez-moi la paix. »

En de telles circonstances on n’a pas le choix, moi, je dois agir.

Vous pensez que je me vante une fois de plus.

Mais tout d’abord, un modeste particulier peut-il intervenir dans les affaires du ressort de si hautes instances telles que le temps qu’il fait ? S’il y a quelqu’un capable de prendre des mesures ce serait plutôt le ministère de l’agriculture. Mais qu’est-ce qu’on peut savoir de ses relations avec les autorités célestes ?

Actuellement je ne dispose pas de suffisamment de canons à grêle, ce dont je dispose couvre à peine mes modestes besoins domestiques.

Mais alors comment est-ce que je compte agir ?

Très simplement.

Vous ne me connaissez pas.

J’ai quelques méthodes sûres contre les intempéries. Des méthodes infaillibles.

Contre les intempéries et en général contre les choses qui ne sont pas de mon goût.

La méthode n’est pas neuve, elle a été découverte par Darwin, on peut l’appeler aussi "adaptation aux conditions extérieures", sélection naturelle, struggle for life.

D’habitude ça marche chez moi, mais plutôt en sens contraire. En tout cas avec la même infaillibilité que chez tous les êtres vivants. Prenons l’exemple de l’écureuil, quand l’hiver arrive, il fait pousser sa fourrure. Moi, quand j’enfile ma fourrure, à l’instant même le beau temps arrive.

Probatum est.

Le temps ne peut pas être suffisamment exécrable pour ne pas s’arranger dès le matin où je sors mon manteau d’hiver de la naphtaline.

C’est la nature qui s’adapte à moi, sur la base que les sciences naturelles désigneront par l’expression "quand même", quand viendra mon Darwin à moi qui découvrira la relation nécessaire et mystérieuse entre ma modeste personne et les conditions météorologiques cosmiques.

Moi, je connais déjà cette loi et je l’applique. Cette fois par exemple j’ai inventé le truc suivant. J’écris un article sur le froid. Dès que là-haut on s’apercevra que le typographe a composé mon article et qu’il sera le lendemain dans les kiosques, le temps virera au merveilleux uniquement pour me donner tort.

Quand les présentes lignes seront entre les mains du lecteur, un divin printemps brillera dans le ciel et sur le Corso, les gens se diront que ce Karinthy parle une fois de plus de choses qui ne sont pas d’actualité.

Tant pis. Je me sacrifie.

J’accepte d’être la grenouille maudite que la princesse Printemps a transformée en magicien.

 

Thème "humour"

16 mai 1933

-------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

nouvelle industrie

33-nouvelle industrie les derniers temps le professeur d’allemand menait à Budapest l’existence qu’un professeur d’allemand pouvait mener à Budapest ces derniers temps. Pour faire bref : une existence minable. Qui apprend l’allemand ? Quelqu’un qui ne parle même pas l’allemand, est si inculte qu’il ne se mettra pas à apprendre l’allemand. Le professeur risquait de mourir de faim. Les seuls élèves qui s’adressaient à lui, d’ailleurs dans l’espoir de cours gratuits, étaient ceux auxquels on pourrait appliquer l’admonestation du Juif provincial à son fils : pourquoi veux-tu apprendre le français ? Faut-il que les Français sachent aussi à quel point tu es un imbécile ?

Or voilà quelques jours son sort prit une tournure inattendue.

D’abord un homme est venu.

Il parlait le hongrois avec une saveur quelque peu orientale et les traits de son visage n’étaient pas typiquement hongrois. Au demeurant il s’est présenté avec une offre plus qu’honorable : il voulait apprendre l’allemand, il paierait correctement, il n’aurait qu’une seule réserve, la chose était très urgente, il était prêt à travailler trois heures par jour mais il avait hâte de dépasser les difficultés des connaissances élémentaires.

Ils se sont mis d’accord.

Un autre s’est présenté l’après-midi du même jour. Comme s’il avait été un parent du précédent tellement il lui ressemblait, mais il s’avéra qu’il ne le connaissait pas.

Il veut apprendre l’allemand. Il paiera correctement. Sous réserve d’aller vite. En dix jours il veut en savoir suffisamment pour que des étrangers, un Français ou un Anglais non germanophone, puisse le prendre pour un Allemand de naissance.

Le professeur trouva ça bizarre, ça lui donna à réfléchir. Ça lui mit la puce à l’oreille : n’y aurait-il pas une relation entre ce zèle et les événements politiques en Allemagne ? Mais pourquoi justement cette catégorie de personnes typées pour lesquels l’Allemagne d’aujourd’hui est au bas mot inhospitalière, ressent donc le besoin de parler l’allemand ?

Lorsque le lendemain matin trois nouveaux élèves se manifestèrent en même temps et ensuite encore un quatrième, il n’y tint plus et voulut connaître le fin mot de cette histoire.

- Dites-moi, mon ami, pourquoi cela devient-il si urgent pour vous, justement maintenant, de combler vos lacunes et d’apprendre l’allemand ? Puisque, si je suis… heu… bien informé… les chances pour vous dans l’Allemagne d’aujourd’hui… sont minces…

- Qu’allez-vous chercher là ? Je compte transplanter mon affaire en France.

- En France ? Et pourquoi avez-vous besoin pour cela de connaître l’allemand ?

- Voyons ! J’ai quand même besoin d’en savoir suffisamment pour que l’on croie que je suis un réfugié allemand !

 

Thème "humour"

Thème "nazisme"

1er juin 1933

-------

afficher le texte en hongrois

écouter le texte en hongrois

paix dÉcennale

34-paix décennale ln dirait que ça va marcher.

Hier on avait l’impression que tout était fichu.

Aujourd’hui de nouveau les chances augmentent.

Les grandes puissances vont signer une paix décennale.

Le jour de la signature n’est pas encore fixé, cela pourra se faire si tout va bien le premier ou le cinq juin prochain.

Pour dix ans.

Éventuellement, si tout ne va pas sans problème, pour cinq ans seulement avec l’attendu que dans les mêmes conditions, intérêts déduits, dans cinq ans le traité pourra être prolongé.

C’est toujours mieux que rien !

Trois ans de paix c’est mieux que rien, un an de paix aussi, quinze jours de paix aussi.

Mais supposons qu’elles signent la paix pour dix ans, quel sentiment majestueux de nous trouver tranquilles pour dix ans, sans penser à la guerre, jusqu’au terme du traité.

Nous vivons une époque magnifique, avec ces traités. Autrefois ce genre d’affaires se déroulait dans le désordre, ce qui empêchait de conclure des projets sérieux. Prenons le cas par exemple de la guerre de trente ans, elle n’a été nouée que par un truc oral, personne ne pouvait prévoir sa durée précise qui n’est devenue apparente qu’après coup.

Nous avons d’ailleurs fait la récente guerre mondiale aussi avec une superficialité médiévale de cet ordre.

Tout ceci est dépassé maintenant.

Nous aimons nous donner des délais. Plan quinquennal, bail commercial de six ans, paix décennale.

Le monde a été mis en ordre. Chacun a les moyens d’y veiller, pour savoir à quoi s’en tenir. Maintenant par exemple, si cette paix décennale est signée, mettons le cinq juin, nous aurons huit ans à compter de ce jour-là pour régler les affaires qui nécessitent absolument la paix : nous aurons toujours les deux dernières années où nous pourrons confortablement nous préparer, tel un lycéen avant le bac, à la guerre qui commencera donc le cinq juin mille neuf cent quarante-trois. Celle que se livreront, l’expérience l’a montré, pour quatre ou éventuellement huit années, les États consensuels de l’Europe.

Il serait temps au demeurant d’étendre l’ordre contractuel également au droit privé.

"Fidélité éternelle", "par la grâce de Dieu", "plus jamais", "à vie" – sont des termes caducs et dépassés.

Dans un mariage il suffirait amplement de se jurer fidélité pour une année voire dix-huit mois. Un contrat de fidélité.

Les médecins devraient guérir avec une garantie de six mois.

Pas besoin non plus de jeter les cambrioleurs et les assassins tout de suite en prison. L’État devrait conclure avec eux un contrat stipulant qu’ils ne feraient de mal à personne pendant cinq ans, et ce délai écoulé ils devraient se présenter soit à la maison d’arrêt, soit sous la potence.

Nous passerons à l’examen des termes du projet de contrat à signer avec les lions et les punaises à une date ultérieure.

 

Thème "nazisme"

2 juin 1933

-------

 

L’aveugle mal mÈne le mal voyant 

41-l'aveugle mal mène lela peut arriver.

- La fortune sourit aux audacieux - c’est par ces mots, en clignant de ses petits yeux malins, que le héros de l’histoire termina son anecdote, héros… enfin… disons : entrepreneur de bienfaisance passive, que sa licence officielle qualifie de « mendiant ».

Grâce à son travail assidu de quelques longues années, tout au long desquelles il combattit tantôt comme sourd-muet, tantôt comme unijambiste, et dernièrement comme « pauvre non-voyant qui supplie pour une modeste aumône », ce brave citoyen industrieux finit par économiser un capital suffisant pour pouvoir envisager sérieusement d’établir un stand permanent à un des carrefours fréquentés de la ville.

C’est le propriétaire d’un stand d’aveugles honorablement connu qui répondit à son annonce parue dans la presse professionnelle des mendiants, il évoquait une retraite prochaine et affirmait que moyennant une contrepartie adéquate il était prêt à céder son stand florissant.

Ayant convenu du montant, avant de conclure la transaction l’acheteur, pour plus de sécurité, demanda au vendeur de lui donner le moyen de s’assurer pour ainsi dire « de visu » de la valeur réelle du stand, autrement dit la permission de passer deux journées pleines sur place pour vérifier si effectivement il était vrai qu’on pouvait y gagner si bien sa vie.

Il s’y plaça donc.

Une minute plus tard on lui glissa dans la main une plaisante pièce de monnaie à bords cannelés. Il exprimait encore sa gratitude qu’une autre pièce arrivait.

Des pièces de dix fillérs, il en recevait chaque minute.

La chose lui plut.

Les deux journées passées il demanda au vendeur potentiel s’il pouvait y rester trois journées supplémentaires, et si l’affaire continuait d’être aussi prospère, il voulait bien donner un peu plus pour le stand.

Durant les trois jours il reçut les pièces de dix fillérs encore plus fréquemment. À l’échéance, malgré cela il déclara avoir changé d’avis : bien que le stand fût vraiment prospère il préférait investir son argent dans une entreprise différente.

- C’est à moi qu’il voulait faire avaler ça – arrivant à la fin de son histoire il s’approcha de mon oreille en clignant des yeux - il avait gobé ma cécité, il a cru que je ne voyais pas que la pièce m’était toujours remise par le même homme de paille. Il se tenait derrière mon dos pendant les cinq jours et se défaisait d’une pièce toutes les minutes… L’affaire lui a au moins coûté deux cents pengoes !

 

Thème "satire"

8 juillet 1933

 

Page d’accueil

Liste des thèmes

Liste des recueils

 

 



[1] Eugen Steinach (1861-1944). Physiologiste autrichien.

Serge Voronoff (1866-1951). Chirurgien français.

[2] Dezső Kosztolányi (1885 – 1936), poète et écrivain hongrois