Retour page d’accueil

 

Présentation des traducteurs

 

 

traducteurs cfJ & P Judith et Pierre Karinthy sont descendants directs de Frigyes Karinthy, l’un hungarophone, l’autre francophone de naissance :

Nous nous sommes donnés pour vocation de transmettre aux lecteurs français quelques perles de la littérature hongroise, encore trop peu connue en France.

Si nous avons déjà été porte-parole de plusieurs auteurs ou scénaristes hongrois, notre phare demeure le poète, prosateur et dramaturge Frigyes Karinthy, mais aussi philosophe et humoriste.

Nous avons entrepris la traduction complète de ses œuvres il y a dix ans.

 

Moshe Zuckerman p Moshé Zuckerman est hungarophone (né en 1933 à Budapest).

Je ''pratique'' Frigyes Karinthy depuis plus de 60 ans. Je ne le considère pas seulement comme le plus grand humoriste hongrois, mais aussi comme l'un des plus grands de la littérature mondiale. Sa place est à coté J. Swift, M. Twain, A. Allais, S. Leacock, M. Zochtchenko. Dans son sillage ont grandi des humoristes comme E. Kishon, G. Mikes; tous ont reconnu son génie et son influence. Entreprenant un certain nombre de traductions en français, j'ai voulu rendre hommage à F. Karinthy, en le faisant mieux connaître d'un public français, et aussi, le remercier pour tout le plaisir qu'il m'a procuré en tant que lecteur. C'est chose faite avec la mise sur site de son oeuvre complète grâce aux descendants de F. Karinthy.

Je remercie ma femme Judith et mon amie Michèle Bendelac pour leur aide dans la correction des textes.

 

Françoise Gal Françoise Gal est née française d’un père hongrois.

Je suis arrivée à la littérature hongroise pendant mes études. C’est mon professeur André Karátson qui m’a proposé de traduire "M’sieur" (Tanár úr kérem) et d’en écrire une présentation pour ma maîtrise de littérature comparée. J’en ai gardé une passion toute spéciale pour Frigyes Karinthy et son œuvre. J’ai ensuite traduit plusieurs textes du même auteur ainsi que son passionnant roman "Danse sur la corde" (réédité en 2010 aux Éditions Cambourakis) dont on trouvera des extraits sur ce site.