Frigyes Karinthy : Nouvelles parues dans la presse

 

afficher le texte en hongrois

ORDRE

45-Ordre lans commentaire.

Mon ami qui possède une modeste cabane non loin de la capitale, est lui-même un homme démuni, c’est peut-être pour cela qu’il est sensible au destin des miséreux et des sans feu ni lieu. Un soir un mendiant en haillons a ouvert la porte de sa cuisine. On s’apprêtait à lui faire l’aumône, mais il refusa : il réclamait du travail, n’importe lequel, pour mériter le dîner. Quel travail pourrais-je vous donner, malheureux, lui dit mon ami, je n’en ai pas moi-même par les temps qui courent. Le mendiant jeta un coup d’œil vers le jardin, dit qu’il était jardinier diplômé, il arrangerait la cour et le potager. Ils l’ont gardé, il a travaillé pendant deux semaines, il a tout remis en ordre autour de la maison, il a coupé le bois, embelli le jardin, semé des légumes, élevé des poules. Il ne demanda rien d’autres en échange que ce qu’on pouvait lui offrir : le couvert et un gîte au grenier. Deux semaines plus tard, ayant accompli sa mission, il remercia pour l’amabilité des hôtes et poursuivit sa route pour tenter sa chance ailleurs. La troisième semaine mon ami fut convoqué à la mairie du village au sujet de leur "jardinier". Il crut que la commune comptait l’embaucher. Mais il ne s’agissait pas de cela. Il s’avéra que mon ami était en infraction pour ne pas avoir déclaré le jardinier qu’il logeait. Il fut condamné à cinquante pengoes d’amende.

Il ne les a pas encore payés. Il dit qu’il préfère aller en prison. Il le mérite.

 

Az Est, 21 juillet 1933.

Article suivant paru dans Az Est

 

Suite du recueil

Thème "société"